Liens  |  Contact
Ministère de l’Énergie et de l'Eau
Rechercher

Projet de Mobilisation des Ressources en Eau en 1

Accueil /  Sommaire Général /  Projets  / Projet de Mobilisation des Ressources en Eau en 1

PROGRAMME DE MOBILISATION DES RESSOURCES EN EAU

1.Intitulé du programme

Projet de mobilisation des ressources en eau et d’outils pour le dévelopement des systèmes d’alimentation en eau potable dans les centres semi-urbains et ruraux du Mali et leur commune. Phase 3 : PMRE dans 5 cercles de la 1ère Région du Mali.
Forages d’exploitation dans 98 villages et 30 AEP

2. Réalisation du projet

Délai de réalisation du projet de la phase 5 cercles de 1ère région : 5 ans.

Démarrage du projet : Décembre 2003.

Fin des travaux et mesures d’accompagnement : Septembre 2008.

Zone d’intervention : La totalité des 92 centres semi-urbains et ruraux et leurs 56 communes, des cercles de Bafoulabé, Kayes, Kéniéba, Kita et Yélimané pour les volets d’études et la réalisation des forages. Et parmi ceux-là, 30 centres et leur commune respective pour la réalisation d’AEP et les mesures d’accompagnement en gestion et en maîtrise d’ouvrage communale du service public de l’eau potable et d’assainissement.

3. Financement du projet

Coopération Financière Allemande RFA / KfW.

Le coût prévisionnel du projet est de 15,7 milliards FCFA.

La subvention de la coopération financière RFA / KFW est de 14,914 milliards FCFA soit 22,74 millions d’Euros (montant sous réserve de légère modification, l’avenant étant encore à la signature).

La contribution de l’Etat Malien est évaluée à 730 millions FCFA plus le montant des droits et taxes.

La participation des communautés (soit un peu plus de 110.000 habitants) et des communes au fonds de démarrage et de roulement des AEP est évaluée à 71 millions FCFA.

Les orthophoplans pour la zone sont financés par l’Agence Française de Développement.

4.Objectifs du programme

Objectif stratégique :

Réduire les coûts des programmes d’AEP en réalisant l’ensemble des études et des recherches coûteuses en un grand programme et en mettant à la disposition des opérateurs (les communes et leurs partenaires au développement) les forages d’exploitation prêts à l’emploi et les outils nécessaires à la décision.

Objectifs globaux :

Réduire de manière significative les risques de maladies hydriques. Atteindre les objectifs du millénaire en améliorant le taux de desserte en eau potable des centres semi-urbains et ruraux.

Objectif institutionnel :

Avec la participation des usagers, des élus et des partenaires, mettre en place les conditions garantissant une gestion durable des systèmes d’AEP (vente de l’eau et constitution d’une épargne pour l’amortissement des pièces sur 20 ans ; gestion des systèmes sous contrôle technique et financier d’un organisme d’audit désigné par l’Etat),
et pour cela accompagner le transfert de compétences de l’Etat aux Communes en les dotant des outils d’aide à la décision en AEPA et des forages répondant aux besoins de populations pour au moins 10 ans, appuyer la mise en place d’organismes de gestion associative ou privée des AEP, appuyer la DRHE dans ses nouvelles fonctions.

Objectifs techniques :

Réalisation de 325 forages dans 98 centres (amélioration des conditions d’approvisionnement de quelques centres déjà équipés en plus des 92 centres du projet).
Réalisation de 30 adductions d’eau potable dimensionnées pour couvrir les besoins des usagers jusqu’à 2013.

5. Contexte et rappel sur le PMRE

La desserte en eau potable des centres ruraux et semi-urbains (2.000 à 10.000 habitants) jusqu’au début des années 1990, était basée sur l’approche rurale (par pompes à motricité humaine et quelques postes autonomes solaires) du fait des coûts élevés des autres solutions et des incertitudes sur la pérenisation des systèmes.

Le gouvernement du Mali avec ses partenaires a décidé d’introduire des modes d’approvisionnement plus rationnels, mieux adaptés à la demande avec les conditions nécessaires à leur pérenisation : des systèmes centralisés (station de pompage alimentant un réseau et des bornes fonatines et/ou branchements privés) et les mesures d’accompagnement (M-A) des organes de gestion, l’organisme de suivi et de contrôle appropriés.

La phase 1 du PMRE d’étude préparatoire en 2000-2001 sur financement RFA / KfW a concerné l’ensemble du territoire national (696 centres et 415 communes).

Elle a révélé les aspects problématiques à considérer dans l’approvisionnement en eau potable des centres semi-urbains et ruraux et déterminé une approche méthodologique générale pour couvrir les besoins de base des populations d’ici à 2015. Elle a débouché sur l’organisation d’échanges entre bailleurs de fonds visant à harmoniser les approches en vue de la rationalisation économique et d’une plus grande célérité dans l’avancée des projets d’AEP.

C’est ainsi que dans le cadre des négociations intergouvernementales, un accord de financement a été obtenu avec la RFA pour le financement du « PMRE de la 1ère Région du Mali », dont les études fournissent pour la première fois une vision compréhensible de la situation et des besoins d’investissements dans ce sous-secteur.

Le PMRE 5 cercles de la 1ère Région s’inscrit dans le Programme de Mobilisation des Ressources en Eau et des outils pour l’aide à la décision des centres semi-urbains et ruraux du Mali. Il entre dans le cadre des accords de coopération entre le Mali et l’Allemagne.

Ce programme contribue à la volonté de l’Etat malien de doter chaque localité du pays non encore desservie d’au moins un point d’eau moderne d’ici à 2015. Il s’inscrit dans la Stratégie Nationale d’AEPA et dans la politique de décentralisation.

Les spécificités de la 1ère Région en ont fait un lieu privilégié de démarrage de cette approche au Mali : depuis la fin des années 80, plusieurs projets d’AEP ont été réalisés, ou sont en cours grâce au financement des ressortissants maliens à l’étranger. Entre 1996 et 2000, le gouvernement malien avec l’aide de la KFW a réalisé plusieurs AEP avec M-A, dont 9 AEP en 1ère Région. Avec la même approche, il a réhabilité 5 systèmes anciens.

Ce programme a mis en place les conditions de la gestion durable des AEP par les associations d’usagers de l’eau potable. Dans toutes ces AEP, l’eau est vendue et les frais de fonctionnement et d’amortissement (pièces sur moins de 20 ans) sont recouvrés et les recettes épargnées dans des proportions de 75 à 100% de l’atttendu. Un mécanisme de contrôle et d’appui aux exploitants a été mis en place à partir de 1998.

Ces réalisations et les choix méthodologiques qui ont été faits, ont démontré la pertinence de la stratégie adoptée et la durabilité à long terme de ces systèmes.
Le projet actuel couvre les phases 2 et 3 en cours du PMRE et concerne les 92 centres semi-urbains et ruraux des 5 cercles et leurs 56 communes. Réalisé sur financements RFA / KFW, il applique la méthodologie sur les cercles de Bafoulabé, Kayes, Kéniéba, Kita et Yélimané en région de Kayes.

Il comprend les études de faisabilité socio-démographiques et socioéconomiques réalisées en 2002-2003 et les études et recherches hydrogéologiques approfondies 2002-2005. Il prévoit : la réalisation (en cours) d’ici à fin 2005 de 325 forages d’eau potable permettant de livrer aux populations de 92 centres les quantités d’eau de qualité nécessaires jusqu’en 2013 ; la réalisation (en cours) d’ici à mi-2006, des Systèmes d’Approvisionnement en Eau Potable pour 30 de ces centres.

L’appui aux communes (en cours) dans l’apprentissage de la Maîtrise d’Ouvrage en AEP et en Hygiène et Assainissement fait partie des mesures d’accompagnement ainsi que l’appui à la DNH et la DRHE dans la mise en œuvre des compétences qui leur ont été attribuées dans le cadre de la décentralisation (production et contrôle des normes).

6. Philosophie du programme

Le gouvernement du Mali tente depuis plusieurs années de réunir les conditions des objectifs du millénaire qui sont de « réduire de moitié d’ici 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau de boisson salubre ».
Cet objectif s’exprime dans les efforts de l’Etat pour garantir à l’ensemble de la population l’approvisionnement de base (soit 1 point d’eau moderne pour 400 habitants).

Pour les centres semi-urbains et ruraux (2.000 à 10.000 habitants), l’accumulation de petits points d’eau ne constitue pas une réponse rationnelle au besoin.

L’Etat avec ses partenaires au développement s’est orienté vers les systèmes d’approvisionnement en eau potable (AEP), réseaux de distribution par bornes-fontaines, à charge des communes et des communautés d’améliorer ensuite le niveau de service livré par l’Etat.

La philosophie du projet général repose sur la volonté de rationalisation économique par la réalisation, en un seul chantier, des investissements de base nécessaires à l’édification des systèmes, dans une recherche systématique d’économie des dépenses préparatoires pour les collectivités locales : Elle est de mettre à disposition des communautés et des communes, ainsi que de leurs partenaires, la ressource en quantité et en qualité, les forages positifs et de qualité tubés prêts à l’exploitation, les outils d’aide à la décision (dossiers villages et commune comportant les données socio-économiques et démographiques de la population à approvisionner et de son accroissement probable à 10 et 20 ans, aussi disponibles sous la forme d’une banque de données informatisée, banque Sigma, cartographie, orthophotoplans, dossiers d’avant-projet sommaire, outils méthodologiques tel le « Guide » déjà distribué aux communes).

Sur ces bases, il est envisageable de raccourcir de plus de la moitié, la durée des futurs projets (de 5 ans à 2 ans). L’ensemble des coûts peut être baissé dans des proportions d’au moins 25 à 30% voire plus. Il est aussi prévu que la pratique coûteuse du doublon soit proscrite. Les économies engendrées, pourront être investies en équipements supplémentaires.

Le PMRE présenté ici atteint les objectifs du millénaire en terme de ressource valorisée pour 100% des populations visées et en terme d’équipement pour 30% des usagers d’ici à mi 2006.

Ce programme initié par la DNH avec la KfW dans un dialogue avec l’ensemble des bailleurs de fonds a vocation d’être appliqué dans l’ensemble du territoire malien.

7. Partenaires dans le projet

Financement : Coopération Financière RFA /KfW.

Maître d’Ouvrage : Direction Nationale de l’Hydraulique / Ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, par l’intermédiaire de la DRHE de Kayes.

Partenaires : Communes des centres concernés par le projet ; Communautés ; Secteur privé. Collaboration : DRACPN.

Maitre d’œuvre : Groupement IGIP/GAuff Ingenieure/BSH-Igip Mali-AGED.

Réalisation des forages : Geomecchanik/FORACO.

Réalisation des orthophotoplans : MAPS Geosystems et photographies aériennes.

Edification des AEP : Appel d’offre aux entreprises prévu en début 2005.

Actualités

  • BULLETIN HYDROLOGIQUE NUMERO : 30/2017-DNH
    La situation hydrologique au cours de la semaine écoulée a été marquée par la montée de niveau sur tous les cours d’eau, à l’exception du Niger à Koulikoro et du Bafing à Daka-Saïdou. Le déstockage des ....  
  • BULLETIN HYDROLOGIQUE NUMERO :29/2017-DNH
    La situation hydrologique au cours de la semaine écoulée a été marquée par la montée de niveau sur tous les cours d’eau, à l’exception du Niger à Bamako et de la Falémé à Gourbassy. Le déstockage des eaux ....  
  • BULLETIN HYDROLOGIQUE NUMERO : 28/2017-DNH
    La situation hydrologique au cours de la semaine écoulée a été marquée par l’amorce de la montée de niveau sur tous les cours d’eau, à l’exception du Sénégal à Kayes, du Bafing à Daka-Saïdou et du Bakoye à ....  
  • BULLETIN HYDROLOGIQUE NUMERO : 27/2017-DNH
    La situation hydrologique au cours de la semaine écoulée a été marquée par l’amorce de la montée de niveau sur tous les cours d’eau. Le déstockage des eaux des retenues de Selingué et de Manantaly se ....  
  • BULLETIN HYDROLOGIQUE NUMERO : 26/2017-DNH
    La situation hydrologique au cours de la semaine écoulée a été marquée par l’amorce de la montée de niveau sur tous les cours d’eau. Le déstockage des eaux des retenues de Selingué et de Manantaly se ....  

Météo

Carte hydrographique du Mali